L’ensemble des travaux de recherche engagés dans le cadre de RaNTrans est primordial pour mieux comprendre les problèmes de qualité des eaux côtières et la mise en œuvre de solutions potentielles. Nous consacrons beaucoup de temps à ces travaux depuis le début du projet.

Intéressons-nous d’abord à tout ce qui concerne les macroalgues et les algues marines !

Évolutions de la biomasse des macroalgues et identification des sites d’intérêt - UCN

Revenons maintenant sur l’aspect technique et parlons « données » ! Les travaux de recherche menés par l'Université de Caen Normandie (UCN) le long de la côte de Geffosses (janvier-octobre 2020) ont mis en évidence de surprenantes variations saisonnières de la biomasse des macroalgues puisque les mois d'été affichent des biomasses relativement faibles à une période où elles devraient normalement être les plus élevées. L’étude des espèces présentes a également montré que les mois de printemps étaient dominés par les algues rouges, l'été par les algues vertes et l'hiver par les algues brunes. Les travaux d’études morphologiques et moléculaires de l'UCN ont permis d’identifier les espèces d’algues vertes Ulva rigida, Ulva asutralis et Umbaulva dangeradii présentes sur la côte. Ulva rigida, Ulva asutralis et Umbaulva dangeradii present on the coast.

D'autres travaux menés par l'UCN ont permis d'identifier la Baie des Veys et son estuaire comme un site approprié pour expérimenter de nouvelles méthodes mécaniques pour l'enlèvement des dépôts d’algues puisque les échouages y sont réguliers et importants. Cette zone présente des caractéristiques essentielles puisqu’elle abrite des stocks élevés d'huîtres (entre 10 et 200 tonnes). Les études de la couverture de macroalgues au niveau des sites de Grancamp-Maisy font état de fluctuations d’ampleur remarquable d’une année à l’autre au niveau de la biomasse (poids humide), allant de 20 000 à 60 000 tonnes. Ce phénomène entraîne toujours des répercussions sur l'accès et l'utilisation de la plage par les communautés locales.

Biomasse algale et collecte - Université de Bournemouth (BU)

De l'autre côté de la Manche, en Angleterre, l’équipe de recherche de l'Université de Bournemouth a identifié deux sites appropriés dans le port de Poole pour collecter des échantillons mensuels de macroalgues afin d'évaluer la biomasse. L'équipe a également décidé d'analyser les communautés de macroinvertébrés présentes dans ces échantillons et dans les sédiments situés en dessous. Les échantillons de dépôts d’algues sont collectés à l'aide d'un système de quadrats grillagés et ils sont ensuite organisés en lots et conservés à des fins d’identification. L'espèce rare Ulva lacinulata fait vraisemblablement partie des espèces identifiées dans ces lots ! Il s’agit d’une activité laborieuse qui produit des résultats captivants. Un grand Merci à toute l’équipe impliquée dans ces travaux ! Ulva lacinulata is among some of the identified species within these batches! Tough job but exciting results. Well, done guys.

Données anciennes sur les algues et modélisation hydrodynamique – CEFAS

Afin de mettre en évidence les habitats qui conviennent bien aux algues, nos partenaires du Centre for Environment, Fisheries and Aquaculture Science (CEFAS) ont étudié les données anciennes sur la couverture d'algues émanant de l'Agence pour l'environnement (EA) du Royaume-Uni. Ces données ont également été utiles pour créer un modèle hydrodynamique (schéma de l'écoulement de l'eau) qui met en évidence des données essentielles sur la variation de la profondeur au niveau de la côte, le type de fond marin, la contrainte hydraulique et bien plus encore !

Le CEFAS étudie également la connectivité hydrodynamique, afin de mettre en évidence les origines et voies d’acheminement ainsi que les impacts de la pollution par les nutriments au niveau de plusieurs rivières et zones de vasières intertidales. Ces résultats sont essentiels pour protéger les zones d'importance particulière pour la faune et la flore.

Examinons maintenant les travaux de recherche sur les huîtres, la qualité de l'eau et la bioremédiation .

Qualité de l'eau et biorestauration par les macroalgues – UCN

Rappelez-vous, nous avons déjà parlé des travaux de recherche de l'Université de Caen Normandie (UCN) sur la biomasse des macroalgues et la convenance du site ; l’UCN est également impliquée dans les activités de recherche en bioremédiation et qualité de l'eau. Dans ses laboratoires, l'UCN mène des travaux techniques et expérimentaux sur la croissance des macroalgues et la capacité de biorestauration des algues marines. Les études portent sur les paramètres expérimentaux tels que la lumière (photopériode), le NH4 (azote ammoniacal) et le type d'algues (rouges et vertes). Le suivi de l’état sanitaire des algues est en cours, avec notamment la réalisation du suivi de l'absorption, des taux de croissance et des variations physiologiques.

Jusqu'à présent, les travaux de l'UCN sur la qualité de l'eau ont porté sur les paramètres de qualité de l'eau qui influencent l'écologie des macroalgues et des mollusques (croissance et survie). Une sonde à haute fréquence (SMILETM), permet de prélever des échantillons tous les mois dans la Baie de Seine et tous les deux mois dans la Baie de Veys. Les bouées SMILETM permettent d'étudier les paramètres de qualité de l'eau et leurs rapports avec les nitrates-NO3, la température, la salinité et de nombreuses autres conditions du milieu.TM). Using the SMILETM buoys, water quality parameters and their connections with nitrates-NO3, temperature, salinity, and many other conditions are being investigated.

Qualité de l'eau et bioremédiation des huîtres - Université de Bournemouth

L’équipe de recherche de l'université de Bournemouth étudie actuellement les concentrations de nutriments dans les eaux des sites du port de Poole (Holes Bay). L’objectif principal est de mieux comprendre la nature des concentrations de N-nitrates en relation avec les variations des paramètres (p. ex., différences saisonnières et précipitations), et l’impact de l’écoulement de ces précipitations dans les eaux intertidales et les zones côtières environnantes. Les données collectées jusqu'à présent sont du plus grand intérêt pour l’équipe de recherche, puisqu’elles confirment et remettent aussi en question la compréhension actuelle de la qualité de l'eau dans ces zones. Ce scénario souligne l'importance de disposer de données probantes tangibles et robustes.

Les études sur le potentiel de bioremédiation des nutriments par les huîtres menées par les universités de Bournemouth et de Portsmouth ont produit des résultats intéressants dès le départ et elles continuent de produire des données essentielles pour nos travaux de recherche. Les espèces d'huîtres Crassostrea gigas (huître creuse) et Ostrea edulis (huître plate) ont été mises en place sur les sites des universités ; elles sont échantillonnées en différents lots afin de pouvoir comparer entre elles les espèces et leurs conditions d’élevage. Le projet a pris un peu de retard en raison de problèmes logistiques liés au transport des échantillons d'huîtres pour leur traitement en France, mais cette difficulté ayant été surmontée, nous attendons très prochainement de nouvelles données concernant ce projet !

⏰ À vos agendas ! ⏰RaNTrans organise un atelier à @portsmouthuni les 3 et 4 novembre 2022. Vous voulez en savoir plus ? Inscrivez-vous ici, - https://rantransproject.com/rantrans-workshop/ (en anglais) pour recevoir plus d’informations

Consultez également nos derniers tweets https://twitter.com/ProjectRaNTrans/status/1512395527828213769 (en anglais)