Ostréiculture

Les unités Ortac (cages suspendues dans la zone intertidale) sont en cours de préparation pour être mises en place ; une fois positionnées, le lancement de cette nouvelle session de printemps d’étude de la croissance et de suivi pourra avoir lieu. Ces unités, composées d’huîtres européennes autochtones, seront remplies de manière appropriée et suivies sur une période de 18 mois.

L’objectif est de mesurer les résultats d’ensemble par rapport aux objectifs du projet en matière d’amélioration de la qualité de l’eau et de viabilité commerciale.

À ce stade, nous devons reconnaître et utiliser les travaux importants menés par Dr Joanne Preston et l’Université de Portsmouth, qui ont été publiés dans European Native Oyster Habitat Restoration Handbook (Manuel de restauration de l’habitat des huîtres européennes autochtones). Il s’agit de des conseils pratiques pour les grands projets de restauration et la manière d’en retirer des bénéfices écologiques, économiques et sociaux grâce à la collaboration avec un large éventail de parties prenantes et la mise en œuvre de connaissances plus traditionnelles en la matière.

Les vers marins

Quelle grande différence peut faire un petit ver ! Bien qu’avec une peu de retard en raison des restrictions liées au COVID-19, l’Université de Portsmouth a mené la première partie de l’expérience d’alimentation aquacole des vers marins.

Nous avons surveillé les performances de deux espèces différentes de vers marins (Alitta Virens et Hediste Diversicolor) pour voir laquelle des deux se nourrissait le mieux sur le dépôt d’algues. Au total, il s’agit de 108 casiers contenant des sédiments et des vers, répartis par espèce et par densité, soit 27 voies de traitements différentes.

Les espèces ont été nourries avec un mélange de dépôts d’algues à faible et à forte densité et le comportement alimentaire a été suivi pendant six semaines. Ensuite, chaque casier a été tamisé, et chaque ver a été évalué pour estimer la variation de biomasse. Les résultats seront bientôt diffusés !

Dépôt d’algues

Le personnel de Portsmouth, du CEVA, de l’UCN et de l’Université de Bournemouth a commencé l’échantillonnage mensuel et saisonnier des dépôts d’algues dans leur zone respective.

Ces dépôts sont nettoyés et envoyés pour traitement afin que nous puissions analyser le carbone et les nitrates dans les dépôts eux-mêmes, ainsi que les espèces benthiques qui y vivent.

Des échantillons de sédiments sont également prélevés afin que nous puissions mieux comprendre les communautés benthiques qui vivent sous les dépôts à l’échelle saisonnière.

Nous effectuons également une analyse génétique, il existe plus de 10 espèces d’algues vertes différentes au Royaume-Uni et elles se ressemblent remarquablement !

Culture d’algues / Culture d'algues marines

Les travaux de culture d’algues (Saccharina Latissimi) sont réalisés par Aleor. Les emplacements pour implanter l’algoculture sont en cours d’évaluation avec pour objectif d’identifier des lieux permettant d’obtenir un rendement optimal.

En été, les sites seront préparés par Aleor pour effectuer un déploiement en septembre afin de capturer et de recycler les nutriments pendant les périodes de croissance d’automne et d’hiver.

Ces efforts devraient permettre d’obtenir des informations pratiques importantes qui orienteront les attentes en matière de biorestauration et d’applications commerciales.