L’atelier RaNtrans sur la réduction des nutriments a été organisé le 3 novembre par l’Université de Portsmouth (UoP) à l’Eldon Building et dans les bâtiments Conference Suites.

L’atelier était ouvert aux entreprises et aux organisations britanniques des secteurs d’activités orientés sur les solutions basées sur l’environnement — telles que la culture d’huîtres indigènes, d’algues, de vers marins, ainsi que la production d’extraits bioactifs provenant d’algues — et sur les politiques importantes qui influencent les attitudes et les comportements du public en matière de restauration de l’environnement naturel.

Attendees had the opportunity to participate in workshops and networking sessions which connects researchers, policy advisors, nature conservation groups, water companies’ representatives, investors, and aquaculture businesses from all over the UK and as far as the Netherlands, Europe.
The information exchanges and knowledge transfers during the workshop sessions gave the participants the opportunity to gain a comprehensive visibility and find strategic partnerships for developing their ambitions and aims.

Les chercheurs du projet RaNTrans se sont concentrés sur des méthodes de réduction des nutriments pouvant faire l’objet d’une mise en œuvre à grande échelle, une véritable source d’inspiration des discussions entre participants sur les stratégies de restauration du milieu naturel à l’échelle du paysage, les opportunités commerciales des nutriments, les méthodes de neutralisation des nutriments, les systèmes à zéro émission nette, et les gains nets pour la biodiversité au niveau du Solent et en d’autres endroits. Les enjeux associés à ces ambitions ont également fait l’objet de discussions. Certains participants ont manifesté un vif intérêt pour le potentiel de réduction des nutriments et de séquestration du carbone de la filière ostréicole, ainsi que pour les questions concernant l’impact probable des espèces non indigènes telles que les huîtres du Pacifique (Crassostrea gigas) si leur culture était autorisée au même titre que celle des huîtres indigènes. Dr Joanne Preston de l’UoP a présenté des conseils techniques issus de ses recherches sur la culture des deux espèces, tandis que M. Graham Horton de Natural England a présenté des directives politiques concernant les espèces non indigènes telles que les huîtres du Pacifique.

Pr Gordon Watson de l’Université de Portsmouth et chef de projet du programme RaNTrans a démarré la journée en présentant une synthèse du projet et des résultats préliminaires de certains des lots de travaux. Il a expliqué que la pollution de l’eau dans nos environnements et les problèmes d’eutrophisation suscitent une inquiétude croissante au Royaume-Uni et en Europe, ainsi que dans d’autres pays à l’échelle internationale. Le projet RaNTrans France (Manche) Angleterre (FCE) est financé par le Programme européen de développement régional ; il rassemble des partenaires du Royaume-Uni et de France qui collaborent pour développer des solutions basées sur l’environnement afin de restaurer la qualité des eaux de transition et côtières au bénéfice de l’environnement, des populations et de l’économie.

Ce programme a été développé en considérant juin 2023 comme date d’achèvement et l’atelier offrait aux participants une plateforme pour établir des contacts et entamer des conversations en vue de mener des recherches complémentaires ou de déployer à grande échelle les résultats et les modèles développés au cours du projet RaNTrans.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué au succès de cet événement.

Un résumé détaillé des résultats de l’atelier sera diffusé dans les semaines à venir, alors restez à l’écoute.

Vous pouvez également mieux connaitre le projet RaNTrans en vous inscrivant pour recevoir notre bulletin d’information (rantransproject.com/#signup), en visitant le site web (rantransproject.com) et en nous suivant sur Twitter (@ProjectRaNTrans)