L’un des objectifs des expériences en cours sur les huîtres de la côte sud-est de l’Angleterre est de calculer la quantité d’azote que les huîtres sont capables d’éliminer des eaux côtières. Pour ce faire, nous avons collecté les huîtres associées à chacune des différentes expériences dans la baie de Langstone, la rivière Hamble et la baie de Poole tous les deux mois depuis le début du projet.

Une fois de retour au laboratoire, la partie de plaisir commence, les huîtres sont mesurées et pesées afin de suivre leur croissance et d’évaluer leur état de santé, puis avec une main experte et stable, chaque huître est ouverte pour observer les tissus à l’intérieur de la coquille, mais malheureusement, pas pour les déguster ! Le tissu d’huître est dégagé par grattage de la coquille et les poids de la coquille vide et du tissu sont enregistrés. Ensuite, nous utilisons un instrument impressionnant, le lyophilisateur, pour lyophiliser les échantillons de tissu.

Le lyophilisateur crée un vide important, proche de celui qui règne dans l’espace, et maintient les échantillons à -100°C ! Ce processus permet d’éliminer toute l’humidité du tissu de l’huître par un processus appelé sublimation, où la glace se transforme directement en vapeur d’eau, sans passer par la phase liquide. À la suite de ce processus, l’équipe peut analyser la quantité d’azote présente dans les échantillons de tissus.

La possibilité d’utiliser une instrumentation de pointe comme celle-ci est l’un des aspects du projet que l’équipe de l’Université de Portsmouth apprécie particulièrement dans le cadre du projet RaNTrans.